Powrót do spisu treści

Piotr M. A. Cywiński
TOUTE UNE POLOGNE EN UN FESTIVAL...
Tekst o wyzwaniu intelektualnym przy promocji kultury polskiej za granicą
wydany w "Palais des Beaux Arts" 10, Bruksela 2001
oraz załączona "historia Polski na jednej stronie maszynopisu"...


Si toute culture est un reflet de l'experience historique, il faut remarquer qu'il n'est pas simple de comprendre l'experience polonaise. Son rythme releve de l'antique Roue de la Fortune : grandeur et declin, neant et renouveau.
La Pologne peut etre vue sous plusieurs angles et ses points de vue peuvent sembler contradictoires. Mais il faut comprendre qu'il n'existe pas une seule et unique memoire polonaise, tout comme il n'a jamais existe d'une seule et unique experience polonaise. La Pologne fut un des plus grands pays europeens au XVI-XVII, une republique de plusieurs nations, tolerante et multiculturelle, noble et republicaine (presque 10% de la nation elisant le roi et votant les lois). Dans l'experience polonaise persiste l'image d'une Pologne calme et puissante, riche et paisible. C'est une Pologne campagnarde, grenier a ble du continent europeen, donc paysanne et noble, polonaise, mais aussi lituanienne, ukrainienne... C'est une Pologne de petites villes, donc aristocratique, juive, allemande... C'est une Pologne de foi, donc catholique, protestante, orthodoxe, juive et musulmane... Une Pologne a multiples visages, quasi-symbole de coexistance. Une Pologne sans buchers.
Elle fut paradoxalement un pays de guerres. Que ce soient les avancees turques, les guerres suedoises, les guerres russes, les soulevements cosaques, puis les insurrections polonaises du XIX s., puis enfin les deux guerres mondiales du siecle dernier.
L'experience polonaise est celle des extremes : l'immensite territoriale et la non-existance, l'epanouissement et le joug. La memoire colporte le souvenir de la grandeur et le drame du neant. D'ou l'eternelle idee de l'insurrection, du soulevement, de la liberation. Quelqu'un dira que la Pologne n'existe pas, mais elle renait a chaque epoque. Sur le blason national siege un aigle blanc. Cela aurait pu etre un phenix.
La culture polonaise est representee par les noms de Chopin, Mickiewicz, Wajda, Schulz, Kantor... Mais ensuite... Ou est la place des musiciens klezmers, des atamans cosaques, des magistrats allemands, des nobles lituaniens, des marchands armeniens et des montagnards ruthenes ? Quelle Pologne montrer sans puiser trop profondement dans les cultures particulieres, composantes de la Republique des XV-XVIII sc, mais autonomes depuis. Cela, sans omettre pour autant ce que fut des composantes de tout premier ordre de la Pologne multiculturelle ? Repondre a cela c'est repondre a la question fondamentale : Qu'est-ce la Pologne ?
Il n'est pas possible de tout montrer. Ce n'est d'ailleurs pas le but d'une presentation. Ce qu'il faudrait exprimer en Belgique c'est l'image d'une culture polonaise marquee par les differentes experiences historiques. Les experiences des diverses societes qui composerent la Pologne : minorites sociales, religieuses, ethniques... L'experience polonaise est une histoire des minorites. Tous y furent minoritaires a un moment ou autre. Peut-etre est-ce pour cela qu'il est si polonais d'etre individualiste. Le public belge ne verra pas tout. Les plus belles pieces du puzzle ne laissent pas supposer la beaute de l'entite. Ceux qui souhaiterons vont y revenir... Comment donc la presenter, cette multiculture polonaise en Belgique ? Qu'est-ce qu'il est possible de montrer sans sombrer dans des messages trop lointains a l'experience du public belge ? Comment transmettre cette memoire multiculturelle et cette envie de coexistance communautaire ? Peut-on - a l'aube du troisieme millenaire - refaire reference a la Roue de la Fortune ? Je suis persuade que le message de " l'Avant-Printemps " est un choix excellent. C'est la - transcrit par la peinture - un espoir, une attente, allais-je dire un pressentiment de Pologne. Un devenir qui est pret a emerger, tout comme ces premiers soufles de vents chauds qui font fondre la neige sans encore - pour autant - apporter le soleil du mois de mai.
Actuellement, apres les deux guerres mondiales, apres l'holocauste et le stalinisme, apres Yalta et apres 1989, il est bien plus difficile de saisir une idee de la Pologne qui depasse l'idee strictement nationale, fruit des XIX et XX sc. Au dela de cette idee nationale, une Pologne millenaire est bien plus une conception communautaire, une coexistance de nations, de cultures et des cultes, des ethnies et des societes. Cette idee communautaire est a redecouvrir ici, en Pologne. Elle reste aussi a decouvrir dans toute l'Europe. L'Europe des Bosniaques, celle des Basques, des Alsaciens, des Pieds Noirs et des Tsiganes.


Les grandes epoques de l'histoire de la Pologne
(Aide-memoire aux " Europalia 2001 Polska ")

X-XI :
Acte premier. Naissance. Creation d'une monarchie polonaise. Christianisation de l'Etat et creation d'une structure de l'Eglise. Centralisation du pouvoir royal soutenu par des troupes de chevaliers. Premieres fondations urbaines. Epoque pre-romane et romane. Entree dans le reseau des relations internationales europeennes.

XII-XIII :
Acte second. Developpement. Decentralisation politique de l'Etat suite a des nouvelles conceptions de l'heritage royal. Apparition de principautes autonomes, mais sauvegarde d'une idee de " couronne polonaise ". Consolidation des villes. Art gothique. Apparition des premieres communautes juives.

XIV-XVI :
Acte troisieme. Grandeur. Renouveau de la monarchie et creation de la Republique des Deux Nations (Couronne Polonaise et Grande Principaute de la Lituanie). Guerres contre l'Ordre Teutonique. Poussee territoriale vers l'Est - integration des territoires a majorite orthodoxe. Augmentation du pouvoir de la noblesse, notament dans la politique militaire, puis legislative et budgetaire. Creation de la premiere universite a Cracovie. Gothique tardif et renaissance. Humanisme : Nicolas Copernic. Republique nobiliaire : roi elu a vie par l'ensemble de la noblesse - donc une participation aux pratiques de citoyennete d'environs 10% de la population. Reforme protestante et contre-reforme sans conflits ni buchers. Tolerance religieuse. Developement des villes, influence de la culture urbaine allemande.

XVII-XVIII :
Acte quatrieme. Declin et disparition. Guerres turques, cosaques, suedoises, russes... Baroque. Affaiblissement du pouvoir central au profit d'une oligarchie des plus puissantes familles nobles. Partages successifs de la Pologne entre la Russie, la Prussie et l'Autriche. Tentatives de vastes reformes. Premiere constitution moderne en Europe et seconde au monde (apres les Etats-Unis). Troisieme et dernier partage : disparition de la Pologne.

XIX :
Acte cinquieme. Non-existance politique. Participation dans les guerres de Napoleon. Insurrections nationales. Apparition des mouvements politiques modernes dans une circonstance clandestine. Sauvegarde de l'identite. Arrivee de l'industrie et premiers mouvements sociaux. Universites a Wilno (Vilnus), Varsovie, Lvov.

XX :
Acte sixieme. La nouvelle Europe. Premiere guerre mondiale et l'echec des " trois aigles noirs " - defaite de l'Allemagne, demembrement de l'Autriche-Hongrie, revolution en Russie. Reapparition de la Pologne, reorganisation de l'Etat. Seconde guerre mondiale, invasion allemande et sovietique. Holocauste, destruction des elites polonaises. " Liberation " par l'Armee Rouge : instauration du stalinisme et communisme. Deplacement des frontieres a l'Ouest. Developpement d'une culture clandestine. Election de Jean Paul II. 1980 : Solidarnosc, un syndicat de plus de 10 millions de travailleurs. Chute du Rideau de Fer. Entree dans l'OTAN. Preparatifs a l'Integration Europeenne.